Quelques règles de nomenclature en zoologie.

Répondre
M@rtin
Messages : 1831
Enregistré le : 02 avr. 2015, 18:29

Quelques règles de nomenclature en zoologie.

Message par M@rtin »

Quelques règles de nomenclature en zoologie pour mieux comprendre les publications scientifiques.



Le milieu de la recherche est très codifié, ce qui peut parfois le rendre assez difficile à aborder. Et parmi ces codes il y a la nomenclature : il existe des centaines de « règles » que les scientifiques utilisent régulièrement dans leurs publications. Toutes ces règles sont compilées dans des recueils, des « codes de nomenclature » (c’est un peu comme le code civil mais sans porté juridique, en somme ce sont plus des recommandations ou des conventions pour que tout le monde puisse se comprendre). En voici quelques exemples pour vous aider à mieux comprendre les publications scientifiques ou pour que vous puissiez les appliquer à votre tour (ça fait sérieux si si).


Généralités :
  • Les noms en latins s’écrivent toujours en italique.
  • Au rang spécifique, un nom est composé de deux termes : un nom de genre (avec une majuscule) et un nom spécifique (sans majuscule). Exemple : Furcifer pardalis.
  • Aux rangs supérieurs (famille, ordre, classe,...) c’est un mot unique (avec une majuscule). Exemple : Chamaeleonidae (famille).
  • Parfois, les classifications évoluent suite à des découvertes, et les noms de certaines espèces peuvent changer. L’ancien nom n’est plus valide, on parle de synonyme. Exemple : Chamaeleo jacksonii (nom invalide) est un synonyme de Trioceros jacksonii (nom valide).
  • Le nom d’une espèce peut être suivi du nom d’une personne et d’une date, il s’agit du nom d’auteur (le chercheur qui a décrit scientifiquement l’espèce) et la date à laquelle il l’a décrite. Ces termes font normalement partie du nom scientifique d’une espèce. Exemple : Chamaeleo chamaeleon (Linnaeus, 1758).
  • Si le nom d’auteur et la date sont entre parenthèses, cela signifie que le nom d’espèce n’est plus le même actuellement que celui donné par l’auteur à cette date. Exemple : le fameux caméléon commun avait été nommé par Linnaeus en 1758 : Lacerta chamaeleon (qui est donc un synonyme de Chamaeleo chamaeleon). Ce qui donnait à l’époque : Lacerta chamaeleon Linnaeus, 1758.
  • En zoologie, si un troisième mot est ajouté derrière le nom spécifique il s’agit de la sous-espèce. Exemple : Calumma parsonii cristifer, ici le dernier mot indique qu’il s’agit de la sous-espèce « cristifer » de l’espèce Calumma parsonii.

Abréviations :
  • Les noms d’espèces peuvent être abrégés en écrivant seulement la première lettre du genre et le nom spécifique entier. Exemple : Chamaeleo calyptratus = C. calyptratus.
  • « sp. » : abréviation de « species » au singulier. Elle indique que l'espèce dont on donne le nom de genre n'a pas été identifiée plus précisément. Exemple : Brookesia sp. = 1 espèce non identifiée du genre Brookesia.
  • « spp. » : abréviation de « species » au pluriel. Elle indique que l'auteur estime inutile d'être plus précis que le niveau du genre. Exemple : Brookesia spp. = toutes les espèces du genre Brookesia.
  • « ssp. » : abréviation de « subspecies » au singulier (parfois noté « subsp. »). Elle indique que la sous-espèce dont on donne le nom d’espèce n'a pas été identifiée plus précisément. Exemple : Calumma parsonii ssp. = 1 sous-espèce non identifiée de l’espèce Calumma parsonii.
  • « sspp. » : abréviation de « subspecies » au pluriel. Elle indique que l'auteur estime inutile d'être plus précis que le nom d’espèce. Exemple : Calumma parsonii sspp. = toutes les sous-espèces de l’espèce Calumma parsonii.
  • « n. sp. » : abréviation de « new species ». Un nom de genre suivi de cette abréviation signifie qu’il s’agit d’une nouvelle espèce. Exemple : Trioceros n. sp. est une nouvelle espèce encore non décrite appartenant au genre Trioceros. Cette abréviation peut aussi apparaitre derrière un nom d’espèce, dans ce cas l’auteur indique qu’il nomme cette nouvelle espèce ainsi dans la publication où il la décrit officiellement. Exemple : Trioceros hanangensis n. sp., cette espèce fut décrite par Krause et Böhme dans une publication de 2010.
Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré